mercredi 18 mai 2022

sommaire des niveaux de pensées

 

Les niveaux de pensées

 

 

Premier tiers : Le Yin-Yang. (Réalité)

 

1/ Pensées originelles

2/ Pensées de groupe

3/ Pensées choisies

 

Deuxième tiers : L’énergie Universelle( Volonté)

 

1/

2/ Le choix de ne pas faire de choix (le Yon)

3/

 

Troisième  tiers : Harmonie Cosmique( L’Amour)

 

1/ Transcender ses pensées

2/

3/ Connexion avec le Yung

mercredi 23 mars 2022

Yin & Yang par Yon dans Yung

 




Yon :

Neutralité. Le point commun qui relie deux opposés. Non-Action. La pensée ou l’action n’ont aucun effet, aucune conséquence réactive à leur existence. Connexion mais aussi l’arbitre qui régule l’équilibre entre deux choses. Symbole du 3°choix

Yung :

Ensemble du néant au Chaos. Monde du non-manifesté. L’endroit où tout est molécule. Immobilité et aucune existence propre. Lieu ou tout finit et ou tout recommence.

L’être humain n’y a pas accès. (Des voyants et mediums peuvent y avoir un aperçue éphémère et fugace)

 Yin & Yang :

Equilibre de l’univers. Deux forces opposées qui s’affronte (en mouvement), créant ainsi la vie. Symbole du combat et de la vie. Le petit point noir dans l’ensemble blanc et vice versa implique la sagesse et l ’humilité (rien n’est parfait à 100%.)

 

mercredi 16 mars 2022

 

Ne pas confondre la cupidité et le capitalisme :

 

Définition : Le capitalisme désigne un système politique et économique reposant sur la propriété privée, notamment des moyens de production, le libre échange sur des marchés et la libre concurrence.


 Intro : Salut à tous. Avant de m’exprimer, je voudrai être sûr qu'il n’y a pas d'amalgame,  je crois qu'il faudrait bien différencier la cupidité et le capitalisme. La cupidité, l'obsession pour la monnaie, l'argent à tout prix, soif de pouvoir et destructrice de l'amour et de la compassion. La cupidité, deuxième péché capital après l'orgueil, va détruire le monde. Le capitalisme c'est juste un système économique et politique caractérisé par la liberté d'échange et la prédominance des capitaux privés. De là est parti la course au profit et le nécessité de s'imposer aux autres par des pratiques parfois illicites autant que douteuses sur le plan de la déontologie et de l’éthique. Mais le vrai problème est que la cupidité, (ce besoin d'argent à tout prix) a gangrené tous les systèmes, toutes les castes sociales. Tout le monde a l'heure actuelle est sous l'emprise de cette obsession. Un conditionnement qui s'est déclaré, je pense, depuis la révolution industrielle où les machines ont remplacé l'homme dans les usines, où les petits commerces se sont fait écrasés par les centres commerciaux. Pareil pour l'agriculture et dans tous les domaines même politique où la population qui ne ramène pas d'argent ne compte pas pour le gouvernement ...Cupidité, le mal absolue de notre destruction...


     On m’a déjà dit que j’étais anticapitalisme car je râle souvent sur l’anormalité de l’existence de la super-richesse.

Comment un être humain peut-il être multimilliardaire, (qq qui pèse plusieurs milliards de milliards de dollars). Du grand n’importe quoi… Enorme…En sachant que + de 90 % est enfermé dans des coffres et ne servira jamais à rien ni à personne. Ni à leur entourage, ni à leur ville (ou village), ni à leur pays…A rien et à personne.

Je trouve bizarre que l’on accepte de créer des lois pour le mieux vivre ensemble. On se délimite par des lois (pour la justice par exemple) ou des principes (pour la morale). On est tous d’accord pour dire que ces règles son nécessaire pour une vie commune. Sans limite, ce serait le chaos…On essaie toujours du mieux que l’on peut pour respecter ou faire respecter ses règles de vie. Alors pourquoi, il n’y a pas de limite concernant l’accumulation de biens financiers. Contre l’ultra richesse. Un plafond, tous ce qui dépasse revient à la municipalité, ou à son gouvernement.

Rien à voir avec la richesse, là on parle d’aberration qui n’amène rien …

 Bref ; pour en revenir au capitalisme, il faut d’abord le définir pour comprendre son fonctionnement car malheureusement beaucoup trop de gens s’en serve d’alibi pour cacher leur soif obsessionnelle pour la monnaie. Une soif de profit et de pouvoir.

 Le capitalisme individuel est un mode de vie louable car chacun a le droit de construire sa vie et de vouloir mettre les siens à l’abri du besoin. Le top du top étant de créer son entreprise et devenir son propre patron. Il gère son argent, il le contrôle. Pour lui, c’est un moyen d’avancer et d’évoluer pas un but à atteindre, le vrai but étant de s’imposer ou d’imposer le nom de son entreprise au sein de la société.

Pour le capitaliste, l’argent est une récompense mue a un effort donné, une récompense au mérite. Un capitalisme sait dépenser et profiter de ces biens avec sa famille et ses proches. Son but étant leur confort. Il profite de ces moments.

 La cupidité (Grave péché capital) n’est pas un mode de vie. Elle n’est même pas un mode de pensée, c’est une maladie mentale, une obsession. Du matin au soir, le cupide rêve de profit, d’accumulation des richesses. Toujours plus, mais au détriment des proches. D’ailleurs une personne cupide a tellement perdue son humanité qu’elle est capable de tuer ses propres enfants pour de la monnaie. On voit tellement de famille déchirée lors d’un héritage. C’est malsain, et cela détruit les cœurs. Le pire c’est quand cette cupidité devient un baromètre a l’humeur (on en a, on est heureux, il n’y en a pas on est triste, voire dépressif).

 Le vrai problème est que la cupidité envahie le monde et s’est étendue depuis l’âge de l’essor industrielle. Puis juste au début du remplacement de l’homme par des machines (Ce qui a mis des millions de milliards d’employés au chômage à travers le monde). Elle atteint à l’heure actuel, tous les niveaux de notre vie.

Cette obsession touche tout le monde, toutes les classes sociales à tous les niveaux. Industriel, médical (pharmacologie …), l’état, et même la police (référence aux policiers en colères qui cachaient les radars. Leur supérieur n’ayant rien à faire de la sécurité, pour eux les emplacements sont choisis pour un max de profits financiers et non pas pour la sécurité routière)

 Le cupide amène l’avarice (autre péché capital), lui ne dépense rien, il préfère se faire inviter et manger à tous les râteliers, plutôt que de dépenser un centime pour les autres. S’il doit inviter du monde chez lui, c’est uniquement par intérêt. D’ailleurs tous ses amis sont triés, et identifiés selon l’intérêt et l’avantage qu’il peur t en tirer. (Un électricien, un plombier, ça peut être utile, réparation gratuite…)

  Bref, une citation résume bien la situation ;

" L’argent est un très bon serviteur mais un très mauvais maitre" 

dimanche 6 mars 2022

 

Bipolarité pour tous ?


Il y a deux personnalités en nous. C’elle qui nous est propre, profondément enfouie, et celle qui est plus superficielle et que l’on utilise tous les jours en société. La première façonnée par notre éducation et ce jusque dans notre entourage d’école primaire à lycée. A partir d’un certain âge, on passe le cap  l’étape où l’on est enfin capable de voler  de ses propres ailes, d’avoir ses propres choix à faire. (Les premiers ne seront surement pas les bons mais les erreurs servent d’expérience pour la suite.)

 


 Mais vivre en communauté c’est savoir faire des concessions, être libre en société ne signifie pas être libre. C’est juste que l’on soit indépendant et décisionnaire de son avenir, (notre liberté commence là  où s’arrête celle des autres.), ce qui n’est déjà pas si mal.

Notre personnalité la plus enfouie n’est pas inerte, elle créer des liens ou des murs, des connexions ou des rejets  avec ce qui nous semble bon ou mauvais. Une façon d’arriver à comprendre les autres, à tolérer ou d’éviter des conflits (on met de l’eau dans son vin).

Elle nous apprend surtout à anticiper nos propres réactions face aux évènements. (La vérité c’est puissant et indispensable et pourtant,  non, toutes les vérités ne sont pas bonnes à dire. Le rire c’est libérateur et  génial mais non, on ne peut pas rire de tout)...

La plupart du temps, la personnalité superficielle prend le dessus et reste la principale. Elle limite les actions d’expiations et de défoulements puisque restreint vis-à-vis des autres. C’est un problème car on a tous besoin de temps à autre de pouvoir s’exprimer, de changer d’air (dépaysement, oxygénation, resourcement) et parfois de le faire savoir  au monde entier (réseaux sociaux, tchats, forums)...


 Etre vrai, soi-même, entier, et ne pas utiliser cette personnalité superficielle c’est aussi se mettre en danger. Il faut bien être conscient que la théorie du monde parfait est très belle sur papier mais elle n’existe pas. Il y aura toujours quelqu’un pour faire du mal et même gratuitement (certains prennent du plaisir aux malheurs des autres), sans intérêt de retour.

Il faut donc savoir se protéger des ignobles et des gens qui fatiguent (les fatalistes ; fluides négatifs) mais sans en faire une carapace indestructible (surprotection) qui nous empêcherais alors de se laisser aller avec des bonnes personnes (les fluides positifs).

 Finalement le bon équilibre, en et dans toute chose, est la clé ….

mardi 15 février 2022

On ne nait pas tous égaux...

Pas la peine de frimer, on nait tous égaux…Ou pas

 

On connait tous la phrases, « on nait tous égaux … » mais cette phrase est juste et primordiale uniquement pour notre vie en société. On a créé des lois, des codes pour pouvoir vivre en société, plus en sécurité, plus sereinement.

« Tous les êtres humains naissent libres et égaux en dignité et en droits. Ils sont doués de raison et de conscience et doivent agir les uns envers les autres dans un esprit de fraternité. »

Pour ce qui est de l’être humain, c’est différent, on nait tous avec des compétences, des talents hétérogènes. Il y a beaucoup de domaines de connaissances distincts ; de sciences fondamentales, les arts libéraux de l’enseignement etc….  Différentes façons de vivre, de penser, d’agir. Toutes ses cultures si hétéroclites les unes des autres. Donc non, on ne nait pas tous égaux en aptitudes. On doit trouver celle(s) qui nous correspond le mieux et agir en conséquence. Ce qui nous permet de briller, d’assoir son nom et de s’imposer dans la société.

 

La domination positive, c’est celle qui nous concerne directement. Se dominer, savoir qui on est, ce qu’on aime, ce que l’on n’aime pas, ce que qu’on veut ou pas, etc... Se connaitre, et se dominer.

Sur les autres elle a aspect négative quand elle est recherchée comme un but à atteindre. (Vecteur naturel contre forcé), elle est positive quand elle est naturelle, qu’elle coule de source.  Par exemple : quand on se spécialise dans un domaine, on a, sans même sans rendre compte, une supériorité dans ce domaine. Un musicien qui connait par cœur son instrument est supérieur à un novice qui débute.

Et cela dans n’importe quel domaine que l’on maitrise à la perfection. Le problème récurrent est qu’une personne douée, un génie dans ce domaine, ne doit pas oublier qu’il existe d’autres domaines, d’autres sciences ou connaissance où lui-même est en infériorité. L’équilibre de l’Univers se fonde aussi sur cela. Supérieur, oui, a une connaissance spécifique, et complétement ignorant sur d’autre. Donc, pas la peine de frimer ou de se croire le maitre du monde. Si on prend tous les aspects, toutes les spécificités qu’ils existent dans ce monde, on se rend compte qu’au final, on est tous égaux. Ce sont juste les domaines de nos aptitudes (nos talents innés et connaissances acquises) qui nous différencies les uns des autres.

 

Mais beaucoup ne s’en rendent vraiment compte qu’au moment de leur mort.

 

Moyz.B


sommaire des niveaux de pensées

  Les niveaux de pensées     Premier tiers : Le Yin-Yang. (Réalité)   1/ Pensées originelles 2/ Pensées de groupe 3/ Pensées c...