Contact négatif


III / d) a/ . Contact négatif

Discipline de groupe ( sectes)

La recherche de la force et du pouvoir fait partie d’une motivation commune (peut-être d’origine anthropologique bien antérieure à nos ancêtres ou si cette volonté ne vient pas de l’origine de la création de nos sociétés). Quoi qu’il en soit la discipline de groupe est toujours fatalement à issue, dramatique et pourtant l’idée même de l’unité est belle. La solidarité, la communauté où tout le monde serait l’égal de l’autre et où tout le monde prendrait soin de chacun, tous pour un …
Une communauté où personne ne serait ridiculisé, ni lésé et formerait un synode parfait d’individus se considérants à égalité, comme des frères et sœurs (aimés vous les uns les autres). La théorie décrite dans le livre rouge est presque magnifique. Sauf que…Voilà c’est dit : le « presque parfait » fait toute la différence entre l’idéal paradis terrestre et le communisme mit en pratique dans la vie réelle. Parce que la raison est qu’elle est dirigée, contrôlée par un groupe d’individu qui veut être obéi et suivi dans la discipline la plus stricte. La manipulation d’une masse n’est rien et ne sera jamais l’égal de la liberté, de l’amour et du libre-arbitre. Bizarrement les personnes endoctrinées dans un groupe ressentent une énergie positive, élévatrice et se sentent fort, beaucoup plus fort que seul. Pourquoi serait-ce négatif alors ? parce que la vraie force et le vrai pouvoir n’appartient qu’à celui qui dirige ce groupe. Le contenu est bon mais la finalité est dévastatrice ? dévastatrice pour son mental personnel, pour sa confiance en soi, (on se repose sur les autres, automatisation de l’assistanat). Reste la dépendance a une doctrine, un mouvement social à sens unique. Heureusement, l’être humain n’est pas une machine, et l’endoctrinement n’est pas une constante définie. L’homme change, se transforme, toujours en mouvement. Un moment ou à un autre, il aura besoin de changement, de voir d’autre personne, de lieu ou de nouvelles aspirations.
Même si un tel clan lui a plu un certain temps, il lui faudra quitter le mouvement s’il veut s’épanouir. Il n’est pas aisé de quitter un groupe de personnes qui ont mis leur confiance et leur amitié entre vos mains. Soit, ils feront tout pour vous empêcher de faire votre vie ailleurs (prisonnier de leur clan contre votre volonté, pour votre bien que vous n’êtes plus apte à comprendre tout seul), soit leurs sentiments purs vous va se transformer en haine (sentiment de trahison, de mensonge) et vous deviendrez l’ennemie à abattre.
Peu de ce genre de groupuscule dans toute l’histoire de l’humanité n’a jamais tenu très longtemps même s’il s’en crée de nouveau toutes les semaines.
Car il y aura toujours un prédateur au pouvoir qui cherchera des brebis égarées à soumettre à son bons vouloir (assouvissement de désirs d’autoritarisme) en leur faisant croire que l’avenir sera extraordinairement lumineux avec lui. Il y aura toujours de par le monde des gens perdus, malheureux et désorientés qui auront besoin de ce faux soutien pour se relever ou se reconstruire.
Certains, les mieux avisés choisiront les disciplines non-endoctrinantes (voir chap. 1), les autres sombreront dans cette manipulation faite la plupart du temps par des gens charismatiques au bagou exacerbé. Ils parlent fort, semblent sur d’eux, savent apportés la sympathie des autres. En racontent des malheurs qu’ils ont vécu (vérité avec enjolivement du drame) des victimes de la société qui disent s’en être sorti avec un secret qu’eux seul connaissent mais qu’ils tiennent à partager sous couvert d’une dévotion total aux autres. Et leurs plus belles paroles pas toujours dénuées de sens peuvent endoctriner n’importe quelle âme soucieuse d’un avenir meilleur…

Commentaires

Articles les plus consultés